Troc logo long blc
Troc logo long blc
Troc logo haut blc

LES PLUS BEAUX VOYAGES SE FONT PAR LA FENÊTRE

Et c’est ainsi que nous découvrons, bien malgré nous, le temps présent...

F0d33dc5acb49ef33d44f983ff4517d7
Et c’est ainsi que nous découvrons, bien malgré nous, le temps présent, cet instant secret que nous fuyons du mieux que l’on peut dans notre quotidien, et que nous, comédiennes et comédiens traquons inlassablement sur le plateau de théâtre. Nous voilà revenu au temps de l’enfance. Déjà parce qu’ils sont tout autour de nous, ces petits êtres infatigables et débordants d’énergie, mais aussi parce que l’ennui commence à nous chatouiller. L’ennui est le trésor des petits. C’est lui qui cultive l’imaginaire et les mondes invisibles. 
 
Que fait-on maintenant ? Que nous reste-t-il ? Que devons-nous inventer ? 
 
L’avenir fait peur. Oui on peut le dire, l’incertitude de retrouver son quotidien, l’ombre d’une économie désastreuse, et le climat anxiogène de la maladie et du manque de liberté, nous font craindre l’aube d’un monde qui va devoir se réinventer. Notre système a ses limites, la toute puissance humaine a ses failles, le loup se découvre une part de mouton craintif. Nous ne sommes pas en guerre non, nous sommes face au vivant qui nous rappelle à une certaine humilité. 
 
Partout on entend « qu’il faudra tirer des conclusions de cette crise et de ses ratés mais que pour le moment nous sommes au temps de la solidarité ». 
 
Mais la solidarité devra perdurer au delà d’aujourd’hui et de demain, nous allons en avoir cruellement besoin. Et les conclusions ; il faudrait pouvoir les tirer tous ensemble. Ne pas laisser de nouveau d’autres voix, d’autres mains, d’autres visions réparer, et reconstruire pour nous. Nous devrons sortir de ces sombres semaines comme des bâtisseurs. Nous devrons repenser notre quotidien, notre rapport à l’autre, au vivant, nos systèmes d’échanges. Nous devrons reconsidérer nos voisins, nos amis, dépasser les bruits de casserole de 20h et décider ensemble de ce que l’on veut maintenant. De ce qu’il faut faire pour sortir de la casse. Parce que pour sortir du confinement il faudra se serrer les coudes et de se tendre la main. 
 
Lire, jouer, écouter de la musique, cuisiner, faire l’école, découvrir des films, écrire, courir, compter les secondes, tondre la pelouse, laver sa voiture, dire un poème, chanter, se faire les ongles, boire, manger, dormir, biner son potager… Mais penser aussi, à demain, à nos enfants, a notre place dans le monde. Car nous avons chacun la notre, et chaque rôle pèsera son poids. 

Nous adressons nos pensées les plus vives au corps médical et à tous ceux qui continuent de travailler chaque jour et qui permettent au pays de ne pas s’endormir complètement. 
Nous travaillons à notre échelle à d’autres propositions pour égayer du mieux possible les jours qui viennent. 
En espérant que vous vous portez tous bien et que vous restez optimistes. 
 
Théâtralement votre – à un mètre de distance – mais avec beaucoup d’amitié. 
 
Le TROC.